Sélectionnez votre langue
  • Deutsch

    Sämtliche Inhalte auf der CPN-Website sind auf Englisch verfügbar. Einige Inhalte, wie z. B. Produktbeschreibungen, aktuelle Produkteinführungen und einige technische Artikel, sind ebenfalls auf Deutsch, Spanisch, Französisch, Italienisch und Niederländisch erhältlich. Wählen Sie in der Liste oben Ihre Sprache aus, damit sämtliche darin verfügbaren Inhalte automatisch entsprechend Ihrer Wahl dargestellt werden. Ansonsten wird als Standardsprache Englisch verwendet.

  • English

    All content published on the CPN website is available in English. Some content – such as product descriptions, recent product launches and some technical articles – is also available in German, Spanish, French, Italian and Dutch. Choose your language from the list above and all content that is available in your language will automatically be displayed in your language, otherwise the default language will be English.

  • Español

    Todo el contenido publicado en la página web de CPN está disponible en inglés. Parte del contenido –como descripciones de producto, lanzamientos recientes de productos y algunos artículos técnicos– también están disponibles en alemán, español, francés, italiano e holandés. Elija su idioma en la lista anterior y todo el contenido que esté disponible en su idioma aparecerá automáticamente en ese idioma, o , si no, en el idioma predeterminado que es el inglés.

  • Français

    Tout le contenu publié sur le site Web de CPN existe en anglais. Une partie du contenu (comme les descriptions de produit, les lancements récents de produit et certains articles techniques) est également publié en allemand, en espagnol, en français, en italien et en néerlandais. Choisissez la langue dans la liste ci-dessus, et tout le contenu offert dans votre langue s’affiche automatiquement ; par défaut, le reste s’affiche en anglais.

  • Italiano

    Tutti i contenuti pubblicati sul sito CPN sono disponibili in inglese. Alcuni contenuti come descrizioni di prodotto, lanci di prodotti recenti e alcuni articoli tecnici sono disponibili anche in tedesco, spagnolo, francese, italiano e olandese. Seleziona la lingua dall'elenco in alto e automaticamente si visualizzeranno tutti i contenuti disponibili in quella lingua; diversamente la lingua di default sarà l’inglese.

  • Nederlands

    Alle inhoud die op de CPN-website wordt gepubliceerd, is beschikbaar in het Engels. Bepaalde inhoud, zoals productbeschrijvingen, onlangs gelanceerde producten en sommige technische artikelen, zijn ook beschikbaar in het Duits, Spaans, Frans, Italiaans en Nederlands. Kies de taal uit bovenstaande lijst, waarna alle inhoud die beschikbaar is in de gewenste taal, automatisch in die taal wordt weergegeven. Anders is Engels de standaardtaal.

Technique

Thorsten Milse utilise <br class="br_visual" />le nouveau t&eacute;l&eacute;zoom de Canon

Thorsten Milse utilise
le nouveau télézoom de Canon

© Thorsten Milse

Mai 2013

La mise à l’essai d’un nouvel objectif est extrêmement importante. Avant d’être commercialisé, il doit souvent être soumis à des défis rigoureux par quelques-uns des photographes les plus exigeants du monde. Par conséquent, lorsque Canon a décidé de produire son zoom révolutionnaire EF 200-400 mm f/4L IS USM à multiplicateur de focale 1,4x, particulièrement adapté à la photographie sportive et animalière, l’un des premiers choix pour mener les essais a été le photographe animalier et ambassadeur de Canon, Thorsten Milse. Le rédacteur de CPN David Corfield a interrogé Thorsten Milse au sujet de ses expériences de prise de vue avec le dernier télézoom de Canon.

Thorsten Milse est un preneur de risques qui prend la vie par les cornes. Preuve à l’appui, il a choisi les montagnes de Chamonix comme site d’essai et entrepris de grimper à 2000 m d’altitude dans les Alpes françaises pour photographier le bouquetin, une espèce de chèvre qui vit dans la plus haute chaîne de montagnes de l’Europe.

© Thorsten Milse

À de telles hauteurs, des problèmes de mise au point peuvent survenir, mais pas avec le zoom EF 200-400 mm. Thorsten Milse a photographié ce bouquetin curieux, qui regarde au-dessus du rocher, avec l’EOS-1D X muni d’un objectif EF 200-400 mm f/4L IS USM à multiplicateur de focale 1,4x, à une distance focale de 560 mm. L’exposition était de 1/80 s à f/14, 200 ISO.

« En montagne, il faut avoir le moins de bagages possible », conseille-t-il. « C’est un critère très important lors du choix des objectifs. Dans mon sac à dos, j’ai pris un boîtier EOS-1D X et un EOS 5D Mark III, ainsi que les zooms EF 16-35 et EF 70-200 mm. Je ne suis pas Arnold Schwarzenegger, alors je ne voulais pas me surcharger. C’est pourquoi cet objectif EF 200-400 mm, qui pèse environ 3,5 kg, convenait parfaitement à la tâche. Il est vraiment compact et offre une prise en main incroyable. Je n’ai même pas eu besoin d’un trépied. Il s’est avéré très rapide d’emploi, surtout quand les bouquetins sautaient de roc en roc. »

Les chèvres sauvages, à l’agilité extraordinaire, ont rapidement mis la vitesse de réaction du photographe au défi, ainsi que le système de mise au point de l’objectif. Même si un collier pour trépied très solide est intégré au barillet de l’objectif zoom EF 200-400 mm, Thorsten Milse a trouvé plus facile d’effectuer la prise de vue à la main.

Il explique : « il est possible de prendre un grand nombre de photos en succession rapide, de 200 mm à 560 mm, grâce à la prise en main. C’est tellement facile. En quelques secondes, on peut photographier des paysages éloignés, puis zoomer sur un sujet à 200 m sans même changer d’objectif. Pour moi, c’est l’un des plus grands avantages. »

Il se souvient de missions passées où les changements d’objectif lui ont causé beaucoup de stress. « Le temps qu’il faut pour changer d’objectifs et ajouter des multiplicateurs de focale pour se rapprocher du sujet, il peut être trop tard pour capturer l’image recherchée. Mais pas avec ce zoom. D’un doigt, on peut activer le multiplicateur de focale 1,4x et, presque instantanément, on est prêt à prendre la photo suivante. Les images sont aussi très nettes. Je les ai vérifiées ultérieurement sur mon ordinateur. Avec ou sans le multiplicateur de focale, les photos sont parfaites. »

« En toute honnêteté, je peux dire que cet objectif a augmenté ma capacité de prise de vue de 30 %. Dans des situations extrêmes, c’est une réalisation étonnante », ajoute Milse.

Il a photographié le bouquetin avec ses deux reflex numériques, l’EOS-1D X et l’EOS 5D Mark III. Pour bien des utilisateurs, il s’agit de la combinaison optimale de boîtiers. « Lorsqu’on se trouve dans une position audacieuse, comme sur le bord d’un versant, on est limité dans ses mouvements », se rappelle-t-il. « Les bouquetins étant des bêtes très timides, il faut rester immobile. Cela pose parfois un problème aux photographes, car le moindre mouvement pour changer d’objectif risque de les effrayer. »

© Thorsten Milse

Un sujet foncé sur un arrière-plan foncé peut entraîner des défauts d’exposition et de mise au point, mais grâce à une mesure attentive, Thorsten Milse les a évités. La photo a été prise avec un EOS 5D Mark III muni d’un objectif EF 200-400 mm f/4L IS USM à multiplicateur de focale 1,4x, réglé à 212 mm ; l’exposition était de 1/50 s à f/4, 1600 ISO.

Milse révèle : « J’ai pris les deux appareils photo avec moi pour noter les différences de qualité ou de performance éventuelles, mais je n’en ai constaté aucunes. La mise au point automatique a aussi été parfaite, et le stabilisateur d’image (IS) a très bien fonctionné sur les deux boîtiers. L’objectif est silencieux, et le système IS est très rapide : c’est important à haute altitude, car le cœur bat plus fort et plus rapidement, ce qui peut transmettre davantage de vibrations à l’appareil photo tenu près du corps. »

Pour Thorsten Milse et bien d’autres photographes qui ont également besoin de minimiser la fréquence des changements d’objectif, le principal avantage de l’EF 200-400 mm est le multiplicateur de focale 1,4x intégré. Il se rappelle une mission particulièrement ardue en Inde l’an dernier, où il aurait aimé avoir le nouvel objectif sous la main. « Sous des températures de 40 degrés, je cherchais des tigres avec un éléphant pour monture, l’EOS 5D Mark II et l’[objectif] EF 70-200 mm dans une main et un objectif 600 mm entre les jambes. Le besoin soudain de changer d’objectif m’a presque fait tomber de l’éléphant ! Avec cet objectif, tous ces problèmes sont du passé... »

Si vous avez l’intention d’investir dans le nouvel objectif EF 200-400 mm f/4L IS USM à multiplicateur de focale 1,4x, vous devriez adresser vos remerciements aux ingénieurs de Canon, ainsi qu’aux photographes tels que Thorsten Milse, pour la mise à l’essai et le développement. Milse fait une confession : « Maintenant que j’ai retourné l’objectif, il me manque ! J’ai goûté à l’avenir, et j’ai bien hâte de m’en équiper. »

Biographie: Thorsten Milse

Thorsten Milse

Né en Allemagne, le photographe de la nature Thorsten Milse a étudié comme concepteur graphique, mais il a par la suite décidé de faire carrière en photographie. Thorsten se spécialise dans la photographie paysagiste et animalière, avec un accent particulier sur la conservation et les espèces en voie de disparition. Ses images ont paru dans 25 pays dans des revues prestigieuses sur la nature, notamment GEO, BBC Wildlife, Illustreret Videnskab et Nature’s Best Photography. Ses images lui ont valu plusieurs prix internationaux, dont le photographe de l’année de BBC Wildlife (comportement animal) et le grand prix du concours Nature’s Best Photo. La fin de 2011 a vu la publication de son livre-objet « Polar World », le résultat de plus de 6 ans de travail dans les régions de l’Arctique et de l’Antarctique.



Showcase